08 MAI 1945

 COMMEMORATION DU 08 MAI 1945 

 

    08mai2014n     
08mai2014as     

La commémoration du 69ième anniversaire du 08 mai 1945 s'est tenue à

la Porte des Enfants du Rhône au Parc de la Tête d'Or le jeudi 08 mai 2014

en présence de nombreux élus, autorités civiles et militaires.

Trente-sept drapeaux et fanions d'Associations Patriotiques

ont participé à cet évènement.  

 

Le drapeau du Groupement ANSORAA Rhône Alpes était porté par Gérard CATENI.

Notre Ami Claude BRUN, membre de la Section ANSORAA Rhône Loire, portait le drapeau de la Ligne Maginot.

L'ANSORAA était représentée par son Président du Groupement Rhône Alpes, Jean CIMIERE,

et la Section Rhône Loire par Jean-Luc DESCHAMPS.

 

Parmi les formations militaires aux ordres du Colonel Renaud ANCELIN, Commandant le Centre Interarmées des Actions sur l'Environnement (C.I.A.E.),

il y avait un détachement du 7ième Régiment du Matériel (R.M.A.T.) de Lyon, de la Préparation Militaire Marine (P.M.M.)

de Lyon, de Chasseurs Alpins, de Gendarmerie, de l'Ecole de Santé des Armées (E.S.A.) de Bron ainsi qu'un détachement de

la Base Aérienne 942 Lyon Mont Verdun avec son drapeau de la 35ième Escadre de Reconnaissance.

08mai2014f   08mai2014h

 

Cette cérémonie s'est déroulée en présence de Monsieur Jean-François CARENCO, Préfet de Région Rhône Alpes et Préfet de Zone de Défense et 

Sécurité Sud-Est, et de Monsieur Le Maire, Gérard COLOMB ainsi que du Général Martial de BRAQUILANGES, Gouverneur Militaire de Lyon.

 

08mai2014l   

Les autorités ont salué le Drapeau de l'Ecole Militaire des Armées.

 

Plusieurs couplets de l'Hymne National ont été chantés en "live" 

par Madame Aurélie BAUDET, soliste des chœurs et solistes de

Bernard TETU, accompagné par la Musique de l'Infanterie de Lyon.

 

L'Ordre du jour du Général de GAULLE a été lu.

 

Dix militaires ont été décorés de la Médaille Militaire, trois chefs d'Escadron ont été nommés Chevalier de l'Ordre National du Mérite

puis le Sergent-Chef BARTOLI a été décoré de la Croix de la Valeur Militaire avec Etoile vermeil et

le Major BIANCHIN a été décoré de la Croix de la Valeur Militaire avec Etoile de Bronze.

08mai2014o       08mai2014p

 

08mai2014t   

Un historique de la Seconde Guerre Mondiale a été évoqué suivi d'une

longue allocution de Monsieur Gérard COLOMB rappelant

le Débarquement en Normandie et celui de Provence.

Le message de Monsieur Kader ARIF, Secrétaire d'Etat auprès du

  Ministre de la Défense chargé des Anciens Combattants

et du Devoir de Mémoire a été lu par

Monsieur le Préfet CARENCO.

                  08mai2014s

Monsieur le Préfet CARENCO et Monsieur le Maire Gérard COLOMB ont rendu un hommage solennel à Madame Isabelle BERTHAUD,

décédée lundi 05 mai 2014, pour son engagement dans la Résistance dès 1941 au sein du Groupe "COMBAT",

son arrestation par la Gestapo, la torture pendant une dizaine de jours dans les locaux de la Gestapo à Bellecour, son internement à la Prison de Montluc,

sa condamnation à mort et sa libération le 24 août 1944 de la Prison de Montluc.

La musique de l'Infanterie a ensuite interprété le Chant des Partisans, les militaires et les participants se sont recueillis pendant ces quelques minutes d'hommage.

 

La première partie de cette commémoration s'est achevée par un défilé des troupes devant les autorités et le salut aux Porte-Drapeaux.

08mai2014aj           08mai2014z

 

Un dépôt de gerbes par les hautes autorités civiles et militaires a eu lieu au Monument aux Morts sur l'île du Souvenir.

La Musique de l'Infanterie a intéprété la Marseillaise, chantée par Madame Aurélie BAUDET, et l'Hymne Européen.

La Sonnerie aux Morts a retenti suivie de la Minute de silence.

 

ile du Souvenir   Les autorités

(Ces deux photos ci-dessus sont de "Le Mag de la Défense en Sud-Est")

 

08mai2014at

 

Les participants ont été conviés à un apéritif lors duquel des rencontres avec d'autres membres d'Associations patriotiques ont permis de tisser de nouveaux liens. 

 

Information complémentaire 

Extrait  du chapitre 9 " Géopolitique de la culture " de la "Revue de Presse Défense"

concernant l'historique de la date de la signature de la capitulation allemande.

 

9/ GEOPOLITIQUE DE LA CULTURE :
THEME 9 - 1 : La fausse capitulation du 8 mai 1945
Source, journal ou site Internet : Le Point
Date : 9 mai 2014
Auteur : Jérémy Mazoyer
Adressé par Jean-Claude Tourneur

 

Chaque année depuis 1945, le 8 mai est l'occasion de se souvenir et de célébrer la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Mais que s'est-il vraiment passé le 8 mai 1945 ?

Le général Alfred Jodl signe la capitulation allemande. AFP Berlin, le 8 mai 1945. C'est dans une villa soviétique dans la banlieue de Berlin que se retrouvent

les représentants des protagonistes de cette Seconde Guerre mondiale. La cérémonie est solennelle et courte. Les représentants du haut commandement

de l'Allemagne signent l'acte de capitulation aux alentours de 23 heures. C'est cet instant qui est considéré comme le point final du second conflit mondial

commencé presque six ans auparavant. Russes, Anglais, Américains, Français sont présents pour s'assurer de leur "victoire". Cependant, cette signature

n'est pas la véritable capitulation. Cette dernière a eu lieu la veille, sur le territoire français.

 

La vraie capitulation de Reims, 7 mai 1945.

Le général américain Ike Eisenhower reçoit le général Jodl. Ce dernier est envoyé par l'amiral Karl Dönitz, nouveau chef du IIIe Reich après le suicide d'Adolf

Hitler quelques jours plus tôt, le 30 avril, pour négocier les termes de la capitulation allemande. Les dirigeants allemands espèrent trouver des Américains

et des Britanniques plus conciliants que les Russes. C'est pourquoi ils se rendent à Reims. Les espoirs d'amortir la chute du IIIe Reich sont importants chez

les Allemands. Cependant, la réaction des Alliés présents dans la capitale champenoise est une surprise. Eisenhower reçoit l'ordre de faire preuve de dureté.

Lui-même s'est construit une aversion profonde contre les nazis après la découverte des camps de concentration et des horreurs organisées par leurs dirigeants.

De plus, le spectre de la Première Guerre mondiale plane encore dans les esprits des Alliés qui ne veulent pas réitérer les erreurs faites à l'époque.

En Allemagne, la situation reste tendue. La possibilité de nouvelles pertes humaines dans des combats isolés pousse les dirigeants américains à agir

dans l'urgence. Ils se penchent sur la rédaction d'un acte de capitulation au plus vite. Churchill, le Premier ministre britannique, donne rapidement son accord.

Les Français, en retrait dans ce processus, accompagnent tout de même les opérations orchestrées. Arrivé le 6 mai à Reims, le général Jodl est mis

face à un document court mais clair dans la nuit du 6 au 7 mai. Un cessez-le-feu et une fin des combats doivent être actés dans les quarante-huit heures

suivant la signature de cette capitulation. C'est donc dans une salle de classe d'un collège de Reims que prend officiellement fin la Seconde Guerre mondiale,

le 7 mai 1945 à 2 h 41, à la suite de la signature du document par l'ensemble des délégations présentes.

 

 

La colère de Staline.

Cependant, l'histoire a retenu le 8 mai.

En effet, Staline, mis au courant de l'avancement des négociations, explose de colère lorsqu'il apprend que la capitulation a été signée à Reims ce fameux 7 mai.

Le chef soviétique se sent trahi et voit dans cette signature rémoise un complot tourné contre lui et l'URSS. L'autre raison de cette rage est le lieu de la capitulation.

Staline veut qu'elle ait lieu sur le territoire de l'ennemi vaincu, symbolisant l'emprise des vainqueurs sur les dirigeants ainsi soumis. Pour les Alliés de l'Ouest,

l'annonce officielle est donc faite le 7 mai. Mais les Soviétiques ne comptent pas en informer leur population avant qu'une nouvelle cérémonie n'ait lieu.

Reims n'est considéré que comme un préliminaire qu'il faut accompagner d'un événement plus important et symbolique. Staline obtient donc des Alliés qu'une

cérémonie soit organisée à Berlin, dans la capitale vaincue. Les représentants des pays vainqueurs se rendent dans la banlieue est de la capitale allemande

pour célébrer leur victoire. Une cérémonie solennelle permet d'officialiser la capitulation aux yeux du monde entier. Le faste de cet événement fait du 8 mai

la journée de la capitulation. Pourtant, le document signé par les dirigeants allemands est presque identique à celui signé quelques heures auparavant à Reims.

De plus, la signature a lieu à 23 heures à Berlin. À la faveur du fuseau horaire, il est donc minuit à Moscou. C'est ainsi que la capitulation allemande est célébrée

le 9 mai dans la capitale russe. L'histoire n'a pas retenu cette nuit du 7 mai et la capitulation officielle, elle a préféré retenir la journée du 8 mai 1945 qui a

également été riche en événements pour des raisons plus sombres. À quelques kilomètres de Berlin, plus précisément en Algérie, à Sétif, loin du faste de la

cérémonie, les nationalistes algériens profitent de cette journée particulière pour faire entendre leur voix. Les manifestations dans ce qui est alors un département

français tournent au massacre. Un policier tire sur un jeune nationaliste algérien et le tue. Cela provoque des émeutes qui font des milliers de morts du côté algérien.

Pendant qu'une grande partie du monde trouve enfin la paix avec la capitulation de l'Allemagne, une autre partie plonge à nouveau dans une période sombre

de son histoire.

 

Diaporama de 48 photos de cette commémoration (reportage de Jean-Luc DESCHAMPS)