COLOMBIER-SAUGNIEU

 

  HOMMAGE AUX AVIATEURS TOMBES A COLOMBIER-SAUGNIEU   

 

 

 

  COMMEMORATION DU SAMEDI 08 AVRIL 2017  

 

L'intégralité des photos est le crédit de Madame Christianne MARMONIER, correspondante locale du Progrès à Colombier-Saugnieu. 

L'ANSORAA (Groupement Rhône Alpes, Section Isère et Section Rhône Loire Métropole de Lyon) lui adresse ses vifs

remerciements pour sa mise à la disposition de notre Association pour parution sur notre site.

 

Stèle 

 

Le Carré

 

IMG 1129a Copier

 

Le Président du Groupement ANSORAA Rhône Alpes, Georges SEINCEREIN, le Président de la Section ANSORAA Isère, Yves GENTIL,

le Président de la Section ANSORAA Rhône Loire Métropole de Lyon, Michel BENNIER, les membres de l'Association "LES VIEILLES TIGES",

de nombreux élus dont Monsieur Philippe MEUNIER, Député de la 13ième Circonscription du Rhône

et Secrétaire de la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées,

Monsieur Pierre MARMONIER, Maire de COLOMBIER-SAUGNIEU, les Anciens Combattants, les habitants du village

et les adhérents de la Section Rhône Loire Métropole de Lyon se sont réunis devant la stèle érigée par les habitants de COLOMBIER-SAUGNIEU

en mémoire des Aviateurs Alexandre DRAVERT et Louis MOULARD morts lors du crash de leur Maraudeur B26 numéro 32

dans l'après-midi du mercredi 28 février 1945. A bord du Maurauder, il y avait trois lieutenants et trois sergents.

 

L'appareil faisait partie de vingt Marauder qui avaient décollé de BRON avec deux tonnes de bombes chacun pour une mission en Allemagne. 

Juste après le décollage, des flammes s'échappent. "2000 chevaux en colère, c'est impressionnant" racontera par la suite Henri BOURRASSIER, l'un des survivants du drame.

Pas question de larguer les bombes, mais l'avion perd de l'altitude, un champ se présente face au clocher du hameau, il faut l'éviter.

"  On se crashe "

 

Prisonniers des amas de tôle, les aviateurs sortent par un étroit passage, à 200 mètres du drame, les frères jumeaux Claude et Jean ALLAROUSSE,

âgés de trois ans sont dans le champ, accompagnés de leur grand-mère qui garde ses chèvres.

" Madame, n'approchez-pas, les bombes vont sauter " intiment les soldats.

 Le seul  aviateur réellement indemne veut porter secours à son compagnon, mais à ce moment-là, les bombes explosent. Bilan : quatre blessés et deux tués.

 

 

Ces ennuis de moteur qui devenaient de plus en plus fréquents a conduit l'armée à mener une enquête pour en déterminer les causes précises,

elle ne tarda pas à arrêter les membres d'un gang qui soutirait de l'essence des bidons et la remplaçait par de l'eau.

 

Le Président Michel BENNIER a rappelé, au cours de son allocution, les circonstances de ce tragique accident.

 

Douze drapeaux de différentes Associations se sont inclinés pour rendre un solennel hommage.

A l'issue de cette émouvante commémoration, les participants ont été invités par Monsieur le Maire à partager le verre de l'amitié.

(Source : Madame Christiane MARMONIER) 

 

IMG 1128A Copier   IMG 1130 Copier

 

Diaporama de l'intégralité du reportage photos de Madame Christiane MARMONIER 

 

 

  PREMIÈRE CÉRÉMONIE DE COMMÉMORATION LE SAMEDI 18 FÉVRIER 2012  

 

Le monument des aviateurs érigé dans la plaine qui s'étend jusqu'à

l'aéroportde Lyon-Saint Exupéry, rappelle que ce jour là, le 28 février 1945,       

le Sous-Lieutenant Alexandre DRAVERT et le SergentLouis MOULARD

sont tombés en cet endroit lors de leur départ pour une mission de

bombardement sur l'Allemagne.

stele 2_col_sau_thumb_medium220_300

                                                         HENRI BOURASSIER      Monsieur Henri BOURRASSIER, Sergent co-pilote raconte:

                                                                                                          

                                     28 février 1945: Importante mission sur l'Allemagne, briefing, identification de l'objectif. Tous les renseignements

                   sur le tracé de la route, axe de bombardement, nombre de tubes DCA, photos. Les ordres sont donnés et nous voici à la ligne

                   de vol. Notre avion, le B26 Maraudeur n° 32 du Groupe Bretagne est chargé de deux tonnes de bombes.

 

                                     L'équipage est composé de:

                                     Sous-Lieutenant HENTGES, pilote; Sergent BOURRASSIER, co-pilote; Sous-Lieutenant DRAVERT, mécanicien;

                                     Sous-Lieutenant PERNOT, navigateur; Sergent VEZAN, mitrailleur de tourelle; Sergent MOULARD, radio.

 

                                     Mise en place, vérifications d'usage, check-list pour les pilotes... tout est en ordre. Une vingtaine de Maraudeurs

                  tourne réchauffant les moteurs. Il fait froid, les mécaniciens au sol, enveloppés dans leur moumoutte, surveillent les opérations

                  s'assurant que tout tourne rond avant que nous quittions le parking.

                                     14h30, c'est l'heure " H ", le pilote leader annonce par radio " roulage " et suivant un ordre bien établi, à savoir la

                  position en vol de groupe, chaque avion prend sa place. Arrive notre tour, alignement. Une vision totale du tableau en balayage:

                  tout va bien. Devant nous, l'avion qui nous précède est sur le point de décoller. 52 pouces de pression d'admission et c'est parti !

                                      Décollage, le train est rentré et aussitôt des ploufs de plus en plus forts de telle sorte que le moteur fait 1/6 ème de

                  tour sur son berceau à chaque fois que les flammes s'échappent en retour par les prises d'air avant du capotage. 2000 chevaux en

                  colère: c'est impressionnant !

                                      Nous avons vidé les extincteurs et pas question de larguer les bombes, l'ouverture des trappes nous ferait perdre 10

                  noeuds dont nous avons bien besoin. A l'altitude où nous sommes, il n'est pas question d'évolutions, le Lieutenant HENTGES contrôle

                  parfaitement l'avion, mais il est temps quand se présente devant nous un champ tout proche d'un village avec son clocher

                  qu'il faut à tout prix éviter. " On se crashe! "

                                      Combien de temps sommes-nous restés prisonniers dans cet amas de tôles? Seuls les témoins de ce jour pourraient le

                  dire. Nous sommes assommés, blessés, et, malheureusement il y a deux morts : Sous-Lieutenant DRAVERT et Sergent MOULARD.

 

                                       J'ai la tête nue, ma casquette de laine US a disparu, je sens le chaud qui me coule dans le cou, dans le dos, sur le visage.

                   En passant la main dans mes cheveux, je sens une grande fente en V, j'ai le cuir chevelu coupé et différentes blessures sur lecorps.

                   Je secoue le Lieutenant HENTGES en lui disant: " Dépêche-toi, l'avion brûle ". Je m'aperçois alors qu'il a le pied gauche pris dans le

                   palonnier. La verrière d'évacuation est au-dessus de nos têtes mais les deux trappes à ouvertures latérales sont tellement bloquées

                   par le choc qu'il m'est impossible de les ouvrir, je m'aperçois que je n'ai plus de chaussure au pied droit. Une bombe qui s'est

                   détachée de la soute est passée sous mon siège et s'est arrêtée dans le couloir du bombardier.

 

                                       Alors que les cartouches de mitrailleuses commencent à exploser et que le feu prend de plus en plus de vigueur, je regarde

                   vers la place du bombardier et vois que le nez de l'avion est en partie cassé laissant juste le passage d'un homme. Avant de

                   m'engouffrer dans cet étroit passage, je m'assure que le Lieutenant HENTGES s'est sorti de son siège et qu'il est prêt à me suivre.

                                       Me retrouvant à l'extérieur, déchiré de toute part, je ne fais pas cas de mon état : se battre pour sauver sa vie, ça compte !

                    Soudain, je vois une femme qui gardait ses chèvres, et je lui crie : " Madame, n'approchez pas, les bombes vont sauter ". Au même

                    moment, le Sergent VEZAN s'échappe à l'arrière par le sabord en se tenant le bras. Je me dirige vers un petit muret de pierres sèches,

                    puis plus rien... Je tombe dans le coma.

 

                                        Je reprends connaissance chez le boucher du village, allongé sur une table, des gens autour de moi qui me donnent les

                    premiers soins. Je pose des questions: " Et mes camarades ? " " Et l'avion? " Celui-ci a déjà explosé et je n'ai rien entendu.

                    Les ambulances sont arrivées et je me suis retrouvé à l'Hôpital Desgenette, il y avait beaucoup de blessés. Après une

                    vingtaine de jours, hôpital et convalescence compris, je repris ma place au combat au milieu de mes amis qui, pour la circonstance,

                    m'avaient préparé une petite fête.

                                        La météo s'étant améliorée par rapport au mois de février, les missions étaient reparties nombreuses et nous en sentions

                    quelque peu la fin

 

                                           ( Récit paru dans la revue ANSORAA et présenté par le Président du Groupement Auvergne Monsieur Jean-Louis BARRIERE )

                                          Pour une information complémentaire, contactez l'Association Rhôdanienne pour le Souvenir Aérien (ARSA) 14 bis rue Martin à 69500 BRON.

                                                            L'Association Rhôdanienne pour le Souvenir Aérien promouvoit le Devoir de Mémoire des évènements aéronautiques.

 

                                                                        Vous souhaitez davantage d'informations concernant le Groupe Bretagne , rendez-vous sur le lien :

                                                                                                     temoignages-documents/temoignages/groupe-bretagne.php

                                                                                   Vous souhaitez en savoir davantage sur le B26 Maraudeur, rendez-vous sur les liens :

                                                                                                            http://fr.wikipedia.org/wiki/Martin_B-26_Marauder

                                                                                                        http://www.aerostories.org/~aerobiblio/article1808.html

                                                                                                       http://pics-aeronef.discutfree.com/t3458-b26-maraudeurs

 

                                    s ituation du momument: en venant de Lyon, lorsque vous arrivez dans la localité de Colombier-Saugnieu,  tournez à gauche

                                          devant la mairie en direction de Saugnieu. En arrivant à Saugnieu, devant vous sur la droite, un grand batiment rose,

                                                tournez à droite, vous êtes sur la route de Planaise, tout droit, à quelques centaines de mètres, vous êtes sur

                                                     la route de la Rivoire, à 100 mètres, sur votre gauche, le chemin de Pilarday (sur vote droite un panneau

                                                          indique Monument des Aviateurs), le momument se trouve au bout de la route goudronnée sur la

                                                                                                                gauche presque en face des serres.

 

 

                                                           CÉRÉMONIE DE COLOMBIER - SAUGNIEU LE SAMEDI 18 FÉVRIER 2012

 

                                      Cette cérémonie a réuni les Associations de Combattants et du Souvenir de la région qui se sont jointes à l'ANSORAA RHÔNE LOIRE

                                                                                   et à l'ANSORAA ISERE à l'invitation du Président de Section Rhône Loire JEAN CIMIERE.

                           Monsieur HENRI BOURRASSIER, dernier survivant de cette tragédie, était présent. Il a été très heureux et très touché de la nombreuse assistance

                                                                                   qui l'avait rejoint devant le monument avec les drapeaux d'Associations.

                                                      Monsieur HENRI BOURRASSIER vit près de Clermond-Ferrand. Il avait fait le récit de ce drame à " AIR ANSORAA ".

 

                          Le monument érigé à l'endroit du drame a été offert par les habitants du village et rappelle ce jour terrible dont se souviennent encore quelques uns

                                 parmi lesquels une dame qui a raconté être la soeur de la petite bergère qui gardait là son troupeau de chèvres et qui échappa à l'explosion 

                                                                                                provoquée par les bombes transportées par l'appareil.

                                                                                           La cérémonie a été suivie du vin d'honneur offert par la mairie.

 

IMG 1158.1 IMG 1115.1 HENRI BOURASSIER_7
IMG 1131_thumb_medium300_200 IMG 1142 IMG 1166_thumb_medium300_200
HENRI BOURASSIER_4 depot de_gerbe_colombier_2012 HENRI BOURASSIER_5
IMG 1121 IMG 1120_thumb_medium300_200 IMG 1122_thumb_medium250_155
IMG 1158 IMG 1125.1_thumb_medium300_375 IMG 1128.1_thumb_medium300_214
IMG 1156_thumb_medium300_200 IMG 1162 IMG 1163_thumb_medium300_200
IMG 1167_thumb_medium300_200 IMG 1168_thumb_medium300_200 IMG 1153

 

 

 

CÉRÉMONIE D'HOMMAGE DU SAMEDI 06 MARS 2013 

 

 

Une cérémonie a eu lieu à COLOMBIER-SAUGNIEU en souvenir du crash du B26 Marauder du Groupe Bretagne.

En accord avec Monsieur le Maire Pierre MARMONIER et le Président des Anciens Combattants Alain FAURE, selon le programme de la cérémonie :

10h00 Rassemblement au Monument aux Morts

10h15 Mise en place au Monument des Aviateurs

10h30 Début de la cérémonie et Allocutions

de

Monsieur le Maire de Colombier-Saugnieu Pierre MARMONIER

Président des Anciens Combattants Alain FAURE

Président du Groupement Ansoraa Rhône Alpes Jean CIMIERE

Président de Section Ansoraa Rhône Loire Michel BENNIER

Président des Vieilles Tiges Michel GRACET

Dépôt de gerbes des trois Associations

Minute de silence

Salut aux Porte-Drapeaux

Fin de la cérémonie

 

 

AVIS DE DÉCÈS

 

HENRI BOURASSIER

                         

Monsieur Henri BOURRASSIER est décédé dans l'après-midi du samedi 06 avril 2013.

Ce même jour, en matinée, s'est tenue la Cérémonie d'hommage, au pied de

la Stèle commémorative, aux victimes du crash du B26 MARAUDEUR N°32

du Groupe BRETAGNE qui avait eu lieu dans l'après-midi du 28 février 1945

sur la commune de Colombier-Saugnieu. Monsieur Henri BOURRASSIER était

Sergent co-pilote à bord de cet appareil.

Les membres de l'ANSORAA présentent leurs sincères condoléances à sa famille.

Les obsèques de Monsieur Henri BOURRASSIER se sont déroulées le vendredi 12 avril 2013 à 14h30 en l'église Sainte Catherine de PONT DU CHÂTEAU,

l'inhumation a eu lieu au cimetière à 15h30 situé Route de Vichy à PONT DU CHÂTEAU.

 

BIOGRAPHIE DE MONSIEUR HENRI BOURRASSIER

 

Né le 12 septembre 1921 à YZEURE (Allier)

Attiré dès l'âge de 9 ans par l'aviation, il suit les meetings pour être au plus près des avions.

A 17 ans, il rentre à l'école de pilotage (Aviation populaire) à MOULINS (Allier) et obtient son brevet de pilote 1er degré le 10 août 1939 N° 15235.

Le 24 novembre 1939, il signe son contrat d'engagement volontaire pour la durée de la guerre en tant qu'élève pilote. Il obtient son certificat préparatoire aux

fonctions de pilote militaire puis est nommé Caporal le 30 avril 1940.

Il est démobilisé le 16 août 1940. Début septembre, il passe l'Allier à la nage pour aller voir ses parents. Il repasse la ligne de démarcation cinq jours plus tard

dans le coffre d'un tender de locomotive (mécanicien : Monsieur ENSARGUEIX, ami de son père) et se retrouve en zone libre chez sa tante à CLERMOND-FERRAND.

Fin septembre 1940, il quitte l'Auvergne pour TOULOUSE. Il se fait embaucher aux Usines LATÉCOÈRE et travaille sur le LATÉ 631.

Le dimanche, il se rend au marché de SAINT CERNIN pour trouver des contacts en vue d'un passage en Espagne, pas facile ....

 

Les avions lui manquent, il se rend à la Base de FRANCAZAL pour informations et apprend que l'on peut rengager pour l'Afrique du Nord.

C'est chose faite le 30 avril 1941, il perd son grade Caporal et rengage comme 2ème Classe.

 

Affecté à MARRAKECH au G.B. 1/23 - 1ère Escadrille - muté à CASABLANCA au Centre de Formation du Personnel Navigant en Amérique (C.F.P.N.A.),

il part aux ETATS-UNIS en juillet 1943.

Breveté pilote le 08 février 1944 (multimoteurs) N° 110 U.S.A.

Qualification B26 MARAUDEUR le 25 avril 1944.

Affecté au Groupe Bretagne G.B. 2/20 - Blessé le 28 février 1945 lors d'un départ en mission (un moteur en feu, 2 tonnes de bombes).

Qualification transports : Afrique 1948/1953

Indochine 1953/1954 Dien Bien Phu

Afrique 1954/1958 (4 accidents d'avion : 3 tués, 4 blessés) .

 

DÉCORATIONS

Chevalier de la Légion d'Honneur du 24 novembre 1959

Officier de la Légion d'Honneur du 23 avril 2000

Médaille Militaire

Croix de Guerre 39/45 : Citation à l'Ordre de l'Armée

                                                                                                                                  Citation à l'Ordre de la Division Aérienne

                                                                                                                            Citation à l'Ordre de l'Aviation de Bombardement

Croix de la Vaillance - Citation à l'Ordre du Régiment

Distinguished Unit Citation U.S.A.

Médaille de l'Aéronautique

 

ACTIVITÉS

Président de l'Union Fédérale des Anciens Combattants de Pont-du-Château

Commissaire aux Comptes au Siège de l'Union Fédérale Départementale à Clermond-Ferrand

Vice-Président de Rhin et Danube - Section de Pont-du-Château

Collaborateur à la Croix Rouge, Président pendant 4 ans

Membre Pionnier des Vieilles Tiges

Association B26 - MARAUDEUR

Aides aux personnes défavorisées

Membre Titulaire du Souvenir Français

Membre de la " Confederate Air Force " - Midland (Texas) U.S.A.

A son initiative, Monsieur Henri BOURRASSIER a fait édifier à Pont-du-Château, sous couvert de la Mairie, une Stèle remémorant l'Appel du 18 juin du Général de Gaulle.

 

Plusieurs sites évoquent la carrière de Monsieur Henri BOURRASSIER, vous pouvez les consulter en un clic :

http://www.lecharpeblanche.fr/2013/04/07/henri-bourrassier-%E2%80%A0/

http://www.caffrenchwing.fr/french-wing-caf/veterans/henribourrassier2/

http://patrice.laverdet.pagesperso-orange.fr/html/cfpna_vol2.htm