HARMATTAN

CONFERENCE " OPERATION  HARMATTAN "


(harmattan: nom du vent du désert)

 

CETTE CONFERENCE A LIEU LE JEUDI 27 SEPTEMBRE 2012 SUR LA BASE AERIENNE 942 LYON MONT VERDUN.

 

 HARMATTAN 1             SERGENT RESERVISTE STERNBERG         

 

                    CONFERENCIER

     
       HARMATTAN 2  

 

Le Groupement ANSORAA RHÔNE ALPES et la Section ANSORAA RHÔNE LOIRE sont représentés par:

 

JEAN CIMIERE, Président du Groupement

ANDRE BARONNIER, Secrétaire du Groupement 

GERARD CATENI, Porte-drapeau du Groupement 

JEAN GONON, Adhérent sympathisant de la Section 

FRANCIS KELLER, Secrétaire de la Section 

 

Pour cette opération,  les Ailes Françaises comprennent l'Armée de l'Air, l'Aéronavale et l'Aviation Légère de l'Armée de Terre.

 

Le conférencier nous éclaire sur l'aspect politique de l'engagement des Forces Alliées de l'OTAN dans le contexte géographique d'un état contre lequel une

action guerrière est décidée. Une carte du pays en question, la LIBYE, nous montre très bien l'immensité de son étendue: trois fois la surperficie de la FRANCE.

LIBYE: 1.750.000 km²    FRANCE: 550.000 km²

 

L'aspect politique: Sous mandat de l'ONU, les forces coalisées ont pour mission l'anéantissement du régime du "Colonel Amar KHADAFI"  et un soin tout

particulier à épargner les populations. Que les cibles à détruire soient strictement militaires.

 

Début des opérations: Le 19 mars 2011, les avions RAFALE partent de la Base Aérienne 113 de SAINT DIZIER. La Base Aérienne 126 de SOLENZARA

sert de base d'appui proche. Pour l'Aéronavale, le Porte-Avions CHARLES DE GAULLE est engagé puis les pays ITALIE, CHYPRE et ESPAGNE pour les Coalisés.

 

Résultat des attaques: 600 chars ennemis sont détruits, des installations et des bases aériennes libyennes sont mises hors d'usage, des convois militaires sont

 anéantis, une aviation devenue pratiquement inexistante (plusieurs désertions de pilotes). Des villes côtières occupées par les militaires du Colonel sont

bombardées (bombes et missiles).

 

Pour l'Armée de l'Air, l'engagement massif en LIBYE a été un test opérationnel complet. Elle a prouvé son efficacité, sa mobilité et sa polyvalence. 

L'engagement se termine le 31 octobre 2011.

 

L'opération a deux autres noms de code: UNIFIED PROTECTOR pour l'OTAN et ODYSSEY DAWN (aube de l'odyssée) pour les Américains.

 

 RAFALE BA_113

     Les moyens Air engagés par la FRANCE sont :

               18 RAFALE - 12 MIRAGE 2000

            4 AWACS - 1 Avion radar SENTRY 

             6 C135 FR - 6 SUPER ETENDARD

                     1 TIGRE - 20 GAZELLE                              

TIGRE

 

Les moyens engagés par la Coalition sont:

ROYAUME UNI : 24 appareils -  U.S.A.: 100 appareils dont 22 KC135 Strato Liner - CANADA: 10 appareils - ITALIE: 8 appareils - DANEMARK: 7 appareils

PAYS BAS: 7 appareils - PORTUGAL: 1 appareil - ESPAGNE: 5 appareils - QATAR: 4 MIRAGE 2000.

 

( Compte-rendu de notre Secrétaire de Section FRANCIS KELLER. )

 

  COMPLEMENT D'INFORMATIONS  

 

 Source " La VOIX des Sous-Officiers "  numéro 688 de décembre 2012

(Journal de l'Union Nationale des Sous-Officiers en Retraite http://www.unsor.org)

Chapitre questions/réponses de l'Assemblée Nationale et Sénat, 14ème législature concernant la Défense.

Extraits de la réponse de Monsieur le Ministre de la Défense publiée au Journal Officiel le 30 octobre 2012 page 6124 suite à la question

de Monsieur François LONCLE publiée au Journal Officiel le 10 juillet 2012 page 4302.

 

...  L'opération HARMATTAN, volet français de l'intervention militaire internationale en Libye placée sous le commandement de l'OTAN,

a été marquée par un engagement essentiellement aérien et maritime, un déploiement limité de personnel à l'extérieur du territoire national

(jusqu'à 600 personnes à La Sude, en Crête, et à Sigonella, en Sicile; une centaine de personnes au sein des états-majors de l'OTAN à Naples et à Poggio)

et l'accomplissement de la plupart des missions aériennes à partir du territoire français, à l'exception de celles déclenchées depuis le porte-avions

Charles-de-Gaulle et les batiments de projection et de commandement (BPC).

 

                                                                                                        Au plus fort de la crise libyenne, la France a mobilisé :

                                          - environ 4.000 militaires;

                                          - une quarantaine d'avions de combat (dont 31 appartenant à l'Armée de l'Air, qui ont dans un premier temps opéré depuis

                                            leurs bases de stationnement et Solenzara, puis, pour certains d'entre eux, depuis la Crête, à compter du mois d'avril 2011,

                                            et la Sicile, à partir du mois de juillet, et 14 appartenant à la Marine Nationale, embarqués sur le porte-avions du 21 mars

                                            au 10 août 2011);

                                          - un groupe aéromobile composé de 16 hélicoptères, embarqués sur un BPC, pouvant assurer des missions de combat, d'appui,

                                             de recherche et de sauvetage;

                                          - des avions ravitailleurs et un AWACS, basés en métropole, ainsi que deux avions de guet aérien, embarqués sur le porte-avions;

                                          - un sous-marin nucléaire d'attaque, assurant la couverture du groupe aéronaval et du groupe d'action amphibie.

 

Au cours des sept mois durant lesquels s'est déroulée l'opération Harmattan, les aéronefs de l'Armée de l'Air et de la Marine Nationale ont effectué

 près de 20.000 heures de vol et délivré 1239 munitions de précision, dont 15 missiles de croisière SCALP. Les hélicoptères de l'Armée de Terre ont

 en outre consommé 448 missiles HOT. Par ailleurs, la France a procédé, au début du mois de juin 2011, à des parachutages de vivres, d'eau et de

fournitures médicales dans le Djebel Nafoussa, région située au sud-est de la capitale de la Libye, confrontée à une situation de crise humanitaire.

Au même moment, les populations civiles locales et les forces d'opposition au régime de Tripoli ont subi des attaqyes répétées, menées par les

 troupes fidèles au colonel Kadhafi. Les aéronefs français ont alors procédé au largage de certains équipements militaires, afin de permettre aux

personnes agressées d'organiser leur défense.