HISTORIQUE DE LA JASSERIE

 

HISTORIQUE DE LA TRAGEDIE AERIENNE DU 1ER NOVEMBRE 1944 

 

 

 

LA JASSERIE_13

 
 

LA JASSERIE_2

 
 

LA JASSERIE_3

 

 

Le samedi 13 octobre 2012, Monsieur Antoine FAVRE, Président du Comité Cantonal de la Grand-Croix, accompagné de Monsieur André BARONNIER,

Secrétaire du Groupement Rhône Alpes de l'ANSORAA et de Monsieur Jean-Luc DESCHAMPS, membre de la Section ANSORAA Rhône Loire, s'est rendu

 " Au Buisson" à MACLAS chez Monsieur Pierre DUMAS, historien pour l'Association " Visages de notre Pilat".

 

C'est à  Monsieur Pierre DUMAS  et  Monsieur Paul MATHEVET  que l'on doit ce lieu du Souvenir dit de " LA JASSERIE ".

 Ce projet a été soutenu par :

 Monsieur Dominique CROZET, Maire de Doizieux   

Monsieur André CHAZALON, Maire de Grand Croix et membre honoraire du Parlement

Le lieutenant-Colonel VILLEDIEU, Président du Souvenir Français

Monsieur Antoine FAVRE, Président du Comité Cantonal de la Grand Croix pour le Souvenir Français

 

Nous avons recueilli le récit de Monsieur Pierre DUMAS que vous pouvez visionner sur cette vidéo : 

 

  

Par ailleurs, Monsieur Pierre DUMAS nous a remis et dédicacé son ouvrage " Drame dans le Pilat "

avec son autorisation de le mettre en ligne sur notre site. 

 

Cet ouvrage contient 61 pages présentées au format PDF. 

Un clic sur ce lien vous permet d'y accéder : DRAME DANS LE PILAT 

 

" Forez-info " a également autorisé la reproduction du récit de la tragédie: 

(Source : lien http://www.forez-info.com/encyclopedie/traverses/31-crash-.html avec l'aimable autorisation de Monsieur Hervé MONDON pour FOREZ Info,

 Responsable rédactionnel depuis 1999, portail Saint-Etienne/Forez  http://www.forez-info.com)

 

Le 1er novembre 1944, le C47, serial 42-92700 du 17th Troop Carrier Squadron appartenant au 64th Transport Carrier Group de la 12th Air Force USAAF,

basé à Istres, s'écrasa lors d'un vol d'évacuation sanitaire entre Luxeuil et Istres par mauvaises conditions météorologiques ( brouillard intense, givre

 et pluie) vers 1430 heures au lieu-dit " Le Chirat de l'Escoutay", près de la ferme de Bote, sur la commune de DOIZIEUX.

 

L'Association Rhôdanienne pour le Souvenir Aérien (ARSA) s'est beaucoup intéressée à cette tragédie, voici son compte-rendu:

 

 L'enquête diligentée par les autorités militaires aériennes a établi que le C47 qui s'est écrasé le 1er novembre 1944 à 90 mètres du sommet d'une montagne

culminant à 1350 mètres, sur un versant à 45 degrés, couvert d'arbres et de rochers, fut victime d'un fort givrage qui eut la conséquence d'alourdir l'appareil

 en lui faisant perdre sa puissance et de l'altitude. L'avion fut complètement détruit par l'incendie, au point d'impact. L'aile droite de l'avion, arrachée par les

arbres, fut retrouvée à 270 mètres du lieu de l'accident. Le cockpit fut replié sous le fuselage qui brûla entièrement, à l'exception des deux ailes et d'une

partie de la queue. La radio et l'équipement de bord furent également détruits.

Onze corps étaient brûlés et il fallut recourir à une dépanneuse pour soulever l'épave afin de dégager les autres victimes prisonnières sous la carlingue.

Treize corps furent dégagés par les F.F.I. et les sept autres par les Américains.

 

Cette catastrophe aérienne, la plus meurtrière qu'ait connue le Pilat, fut évoquée par Bernard Plessy dans son livre " Le Pilat Insolite" et par un témoin de

l'époque, Eugène Masson, le propriétaire de la Jasserie, grand-père de Georges et Alain Masson, dans son livre "Souvenirs du Mont Pilat" publié en 1955.

 

(Extraits du livre "Souvenirs du Mont Pilat")

Catastrophe aérienne au Mont Pilat

 

... Le jour pointait, quand un jeune paysan du hameau de la Roche, vint à la maison nous apprendre la terrible nouvelle...

Avec ce jeune paysan, j'allais sur les lieux du sinistre.... Les pierres du chirat semblaient autant de monuments funéraires.

Un soulier de femme, intact, attestait qu'il devait avoir une infirmière parmi les victimes. Les lambeaux de pansements en plâtre, donnaient à ces malheureux

une fin encore plus lamentable. Avoir échappé à la mort sur le champ de bataille et venir la trouver dans la Pilat, pays du silence et de la paix.

Un soldat pourtant, avait échappé à l'incendie. Son cadavre était là, étendu sur le bord du chemin. Son corps athlétique ne portait aucune trace de brûlure.

Sa figure était reposée. Il semblait dormir et portait une médaille religieuse.

.... Tous ces restes ... furent déposés à l'hôtel de l'OEILLON où se trouvaient les autorités. (Fin des extraits du récit)

 

Parmi les vingt occupants de l'appareil qui trouvèrent la mort:

5 membres d'équipage :

1st Lt Carson M. Roberts - Pilote.

2nd Lt Williams C. Ward - Copilote.

Sgt Shirley N. Breckinridge - Mécanicien.

Cpl Howard E. Kahler - Radio.

1st Lt Aleda E. Lutz - infirmière.

et

quinze blessés en cours d'évacuation dont six prisionniers allemands.

 

Aleda E. LUTZ avait effectué 196 missions, soit plus de 800 heures de vol dans les avions d'évacuation sanitaire. Elle accompagna environ 3500 soldats.

Elle fut la première femme officier américaine tuée en Europe lors de la Deuxième Guerre Mondiale et reçut, à titre posthume, la Distinguished Flying Cross.

Aleda E. LUTZ fut inhumée au cimetière militaire américain de Draguignan, comme les autres victimes américaines du crash.

Un dispensaire et un navire-hôpital américains portent son nom.

 

Liens concernant l'avion:  C47 DAKOTA  -  DOUGLAS C47 DAKOTA/SKYTRAIN

Lien concernant les : STELES COMMEMORATIVES DE LA TRAGEDIE

Lien concernant les : PREMIERES PHOTOS DE LA CEREMONIE D'INAUGURATION DU 07 SEPTEMBRE 2002

Lien relatant l'évènement tragique : LIEU DU CRASH - RECIT - PHOTOS DE STELE

 

(Article en cours de réalisation)